image

Programme cinéma : Compétition officielle

22 juin 2022

Mercredi 22 juin à 20h30 au Foyer Rural

La Strada

Vous propose

COMPETITION OFFICIELLE

Un homme d'affaires milliardaire décide de faire un film pour laisser une empreinte dans l'Histoire. Il engage alors les meilleurs : la célèbre cinéaste Lola Cuevas, la star hollywoodienne Félix Rivero et le comédien de théâtre radical Iván Torres. Mais si leur talent est grand… leur ego l’est encore plus !

Comédie (1h54) - 2022 - Espagne - Argentine

Réalisé par Cohn Mariano, Duprat Gastón

avec Penélope Cruz, Antonio Banderas, Oscar Martinez, José Luis

Critique par Frédéric Strauss

Publié le 31/05/2022

Une réalisatrice démiurge, deux grands acteurs rivaux… Un triangle d’ego infernal pour une satire des dérives du cinéma d’auteur. Piquant !

Et si, maintenant que le Festival de Cannes est fini, on se moquait des gens de cinéma ? Les réalisateurs qui prennent leur microcosme pour cible ne manquent pas — on se souvient encore d’un Robert Altman mordant, croquant Hollywood dans The Player, il y a trente ans. Nouveaux maîtres de la satire, les duettistes argentins qui avaient imaginé le retour risible d’un Prix Nobel de littérature dans son village (Citoyen d’honneur, 2017) trouvent cette fois un ton inédit pour s’amuser des belles âmes artistiques du grand écran.

Un trio leur suffit. Une cinéaste cérébrale et célébrée dès son premier film, La Pluie inversée, soumet à sa méthode fantasque et volontiers sadique deux acteurs stars. L’un est un playboy très showbiz, l’autre un puriste formé au théâtre. Entre eux, la compétition est officielle. Les coups vont pleuvoir, vaches et drôles. Mais un charme irrésistible s’en mêle. Celui d’Antonio Banderas et d’Oscar Martínez, qui jouent la séduction vulgaire contre l’élégance cultivée, tout en campant l’un et l’autre de vrais roublards. Le charme, aussi, de Penélope Cruz, qui incarne avec une autorité savamment dosée la réalisatrice montée sur les grands chevaux de son génie. Caricatural et pourtant subtil tant il se nourrit de contradictions, ce personnage définit bien le style du film, qui ose le grotesque comme la sophistication et met de l’ambition dans la farce.

La qualité de l’interprétation va de pair avec la recherche de la mise en scène. Les plans, rigoureusement architecturés, créent un effet d’écho spectaculaire avec le décor choisi : un immense bâtiment aux lignes géométriques où le trio répète avant le tournage. Autour de ces énormes ego se déploie ainsi, à travers des espaces d’un gigantisme prétentieux, une vision d’artiste envahissante, boursoufflée. Cette expressivité visuelle fait de Compétition officielle une brillante comédie conceptuelle, qui rappelle The Square, de Ruben Östlund (Palme d’or en 2017). C’est dire si les idées abondent, débordent parfois. On en retient un regard cinglant et désopilant sur un cinéma d’auteur asséché par les intentions, les discours, les élucubrations narcissiques. Le film qui se prépare est produit par un magnat de l’industrie pharmaceutique qui espère, en finançant cette création, accéder à une nouvelle grandeur, à une réelle noblesse. Il réunit donc les meilleurs talents et vise mathématiquement le meilleur résultat… Ce cinéma qui se doit d’être compétitif et d’assurer tous les honneurs, les deux réalisateurs l’observent non sans inquiétude. Mais leur humour est un excellent remède contre la vanité. Et la précision de leur regard a l’effet d’une frappe revigorante.

Séance Mercredi 22 JUIN 2022 à 20h30
Foyer Rural de Lauris